CS&A International accueille deux nouveaux associés au Canada

logo

Communiqué de presse — Montréal, Québec – 20 octobre 2017

CS&A International accueille
deux nouveaux associés au Canada

Stéphane Prud’homme devient responsable de CS&A au Québec

CS&A International (« CS&A ») annonce que monsieur Carl Mavromichalis (Toronto) et monsieur Stéphane Prud’homme (Montréal), directeur de Réputation & cie, se joignent à son équipe à titre d’associés au Canada. Depuis 1991, CS&A opère ses activités à l’échelle internationale dans le domaine de la gestion des risques, des crises et de la continuité des affaires. CS&A a travaillé avec succès avec des entreprises canadiennes sans toutefois avoir d’associés établis au Canada. Avec deux associés expérimentés basés à Montréal et à Toronto, CS&A sera en mesure de grandement développer le marché canadien en français et en anglais pour ainsi offrir des services professionnels de pointe aux entreprises canadiennes.

« Je souhaite la bienvenue à messieurs Mavromichalis et Prud’homme au sein de notre équipe mondiale. Ils sont des atouts pour CS&A pour développer le marché canadien », a déclaré madame Caroline Sapriel, associée directrice de CS&A International. « Avec ces deux professionnels chevronnés qui collaborent avec nous au Canada, CS&A est maintenant en mesure de contribuer au succès et à la bonne gestion des entreprises canadiennes en termes de gestion des risques, des crises et de la continuité des affaires ».

À propos de Stéphane Prud’homme
Stéphane Prud’homme a plus de 20 ans d’expérience au Canada, en Chine et en Asie du Sud-Est, tant avec de grandes entreprises canadiennes qu’avec des agences internationales dans les domaines de la gestion des crises et des communications d’urgence, de la gestion de réputation et de la crédibilité. Il opère maintenant l’entreprise Réputation et cie depuis Montréal. Monsieur Prud’homme est titulaire d’une maîtrise en communication organisationnelle avec un mémoire sur la crédibilité des porte-parole en situation de crise. Il est également titulaire d’un MBA de la distinguée université américaine Rutgers, obtenu en Chine. Maintenant basé à Montréal après neuf ans en Asie, il est doctorant et il travaille sur une recherche sur la crédibilité et la réputation des entrepreneurs et des PDG. Il est possible de visiter sa page LinkedIn à linkedin.com/in/stepru et son site internet à stepru.com.

À propos de CS&A International
Créée en 1991, CS&A International est un pionnier et un leader reconnu dans le domaine de la gestion des risques, des crises et de la continuité des affaires. CS&A dessert des clients locaux et multinationaux dans tous les secteurs d’activité à l’échelle mondiale à partir d’endroits géographiques clés en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

English version of the press release: csa-crisis.com/2017/2017/05/New-Associates-Announcement-Oct-2017

-30-

Pour plus d’information :

Stéphane Prud’homme
stephane@reputationetcie.com
C : 514 756-9044
stepru.com  |  reputationetcie.com

Caroline Sapriel
Associée directrice, CS&A International
caroline.sapriel@csa-crisis.com
+32 486 51 05 26
csa-crisis.com

Advertisements

La crédibilité vue autrement après la crise de Bombardier

J’écris sur la crédibilité des entreprises en général aujourd’hui et prenons le cas récent de Bombardier, dont la crédibilité et la réputation sont mal menées depuis quelques jours.

Le PDG de l’entreprise, Alain Bellemare, a avoué ce matin sur les ondes de RDI que Bombardier n’avait pas vu venir la crise et qu’il y avait une leçon de communication à retenir. En fait, ils avaient bien raison de ne l’avoir pas vu venir, il n’y avait pas de crise au départ, il ne s’agissait que d’un enjeu touchant qu’une seule partie prenante, les actionnaires. Nous connaissons tous et toutes les étapes de la naissance d’une crise.

Pas de crédibilité, pas de dialogue

Cependant, avec une analyse complète des enjeux, des autres parties prenantes et des publics latents (voir la Situational Theory de Grunig), Bombardier aurait dû voir l’enjeu de communication venir par la grande porte. Quelques jours plus tard, on assiste donc à une crise majeure avec l’ensemble des parties prenantes, une crédibilité et une réputation grandement mal menées et meurtries pour très longtemps. Dois-je vous répéter que la crédibilité prend des années à construire et quelques jours à perdre.

Je vais cependant me concentrer sur la crédibilité de manière générale aujourd’hui et surtout ne pas blâmer Bombardier ni d’autres entreprises. Je tiens tout d’abord à vous rappeler que la crédibilité est la base de tout processus de communication, si vos publics ne croient pas vos messages, aucun dialogue n’est possible.

On croit un message, un porte-parole est crédible

La crédibilité est un actif intangible souvent négligé par les organisations et un élément déterminant pour construire une réputation; je l’ai déjà expliqué dans l’article Revisiting a powerful corporate asset: Credibility (bit.ly/2nAQoMI). Le schéma qui suit explique visuellement comment le branding contribue à construire l’image et l’image à créer de la confiance; la confiance étant la base de la crédibilité (Prud’homme). Il y a certes plusieurs autres facteurs qui entrent en jeu pour construire la crédibilité d’une personne ou même d’une entreprise.

Le processus de construction de la réputation

reputation building framework
Des dizaines de facteurs de crédibilité ont été étudiés depuis les années ’50, dont mon étude de maîtrise portant sur les facteurs de crédibilité en situation de crise en 2003 (voir amzn.to/2nAZuZW). Les porte-parole, les gestionnaires et les entreprises doivent toutefois retenir qu’il ne faut pas maîtriser tous les facteurs de crédibilité pour être crédible, mais il faut plutôt être confortable avec certains d’entre eux et avoir une stratégie qui tient la route. C’est ce que le credibility engineering (voir bit.ly/2oQNSSL) propose aux professionnel(le)s qui travaillent sur la crédibilité et la réputation des entreprises.

Les piliers du credibility engineering (Prud’homme)

pillars.png

À travers le credibility engineering, nous comprenons que le mythe que “l’on croit un porte-parole ou une entreprise” est révolu. En fait, les gens croient un message et perçoivent le porte-parole ou l’entreprise comme étant crédible (Prud’homme).

Le processus de la crédibilité (Prud’homme) serait donc :

Picture1.png

La crédibilité est une transaction

Ceci dit, il est crucial de comprendre que la crédibilité n’est pas seulement une relation mais surtout une transaction. La crédibilité est un élément fondamental dans la création et le consolidation des relations avec les parties prenantes, c’est clair (voir amzn.to/2nAZuZW). Ce qui est moins évident est de concevoir une transaction entre un porte-parole et ses publics, une décision que prennent les personnes de croire ou ne pas croire des messages et d’attribuer de la crédibilité aux porte-parole et aux organisations, avec les avantages ou conséquences générés. J’ai déjà expliqué les notions de transactions et d’échanges d’information à travers le système de la crédibilité (voir amzn.to/2nAZuZW) :

credibility ecosystem

Retour sur investissement de la crédibilité

Dernier point, le credibility engineering permet non seulement de concevoir une solide stratégie basée sur des KPIs pour construire la crédibilité mais aussi d’évaluer et mesurer la crédibilité et ce, malgré son intangibilité. L’Institut de la crédibilité offre notamment un outil d’évaluation et de mesure pour aider les professionnel(le)s travaillant sur la crédibilité.

_______________________
Rédigé par :
Stéphane Prud’homme, MA, MBA, PhD (ABD)
Directeur, Institut de la crédibilité – Credibility Institute
Contact : credibilityinstitute.com/contact
Twitter : @stepru   |   @credibilityctr

stephaneprudhomme.ca   |   www.institutcredibilite.ca

Vous pensiez être crédibles ?

FACTEURS DE CRÉDIBILITÉ DES PORTE-PAROLE

UNE ÉTUDE UNIQUE AU MONDE


Faits saillants issus du mémoire de maîtrise de Stéphane Prud’homme
Suivez @stepru sur Twitter

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

1. La perspective de recherche

Comment un porte-parole peut-il être crédible et se démarquer auprès de ses publics cibles quand la population reçoit des centaines de messages par jour, voit et entend des dizaines de porte-parole ?

Comment pourrions-nous définir la crédibilité des porte-parole : sur quels critères pourrions-nous nous baser pour affirmer qu’un communicateur est crédible ? Quels facteurs de crédibilité contribuent à créer et à entretenir des relations de confiance avec les publics d’une organisation ? Pourrions-nous confirmer que la crédibilité se construit et se gère ? Telles sont les questions qui sont abordées dans cette étude.

Le but de ce recherche consiste principalement à comprendre la crédibilité par la théorie générale des systèmes et à déterminer les facteurs les plus significatifs pour la population, représentée par des échantillons lors de groupes focus.

Tout d’abord, il faut considérer la crédibilité d’un porte-parole comme le point central d’un système ouvert autour duquel gravitent, « en produisant et en consommant de l’énergie » sous forme d’échanges d’informations, des sous-systèmes. Ceux-ci sont reliés par des relations d’interdépendances constantes.

Le point central de ce système est composé de plusieurs facteurs de crédibilité qui s’interinfluencent. Chacun de ces facteurs est en relation soutenue bidirectionnelle avec chacune des composantes des sous-systèmes de l’ensemble que forme la crédibilité d’un porte-parole.

La réflexion et les réponses qu’apporte cette recherche sont d’une grande importance pour les porte-parole qui doivent informer les publics de l’organisation qu’ils représentent. Vous trouverez dans les propos qui suivent les faits saillants de cette étude unique au monde, entre autres les dix facteurs les plus importants de la crédibilité d’un porte-parole, selon la population.

2. Les dix normes de crédibilité des porte-parole : 

2.1 S’exprimer avec assurance et aisance – être préparé

2.2 Disponibilité – ouverture d’esprit – respect

2.3 Être en contrôle de soi – garder son calme

2.4 Authenticité – implication personnelle – conviction

2.5 Expertise – réputation

2.6 Véracité – transparence – exactitude –  fidélité – cohérence

2.7 Identification au porte-parole – proximité – charisme

2.8 Clarté du message

2.9 Honnêteté – sincérité – franchise – impartialité – intégrité

2.10 Contenu du message

3. Conclusion

Par cette étude, nous tenions à identifier les facteurs de crédibilité d’un porte-parole, en analysant ses différentes composantes. Nous avons établi que la crédibilité d’un porte-parole est par essence très complexe. En fait, c’est dans la qualité de la relation qu’il établit avec ses publics qu’un porte-parole entretient sa crédibilité.

En résumé, on peut rappeler les facteurs de crédibilité pour les auteurs consultés et les comparer aux facteurs de crédibilité identifiés par les participants à notre étude, rencontrés en groupes focus.

Ainsi, les auteurs privilégient, comme facteurs de crédibilité (dans l’ordre) :

  • l’expertise,
  • la confiance,
  • l’honnêteté
  • la véracité.

La population a quant à elle déterminé les 10 critères de crédibilité suivants :

  • l’assurance et l’aisance à  communiquer,
  • la disponibilité, l’ouverture d’esprit et le respect,
  • le contrôle de soi,
  • l’authenticité,
  • la transparence,
  • l’honnêteté,
  • l’impartialité
  • l’intégrité,
  • la proximité entre le porte-parole et les publics
  • une conception congruente des messages à diffuser.

Qui allez-vous écouter pour travailler sur votre crédibilité ?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Un livre électronique sera publié, en français et en anglais, au cours du mois de mai 2013 sur la crédibilité des porte-parole, le système de la crédibilité, une révision du concept et des facteurs, et bien plus !!

www.credibility.is   |   www.stephaneprudhomme.com